Vous êtes ici

Etude des francs bords du Val de Loire

Le Val de Loire d’Iguerande à Decize est remarquable par la présence des différents milieux naturels créés par la dynamique fluviale du fleuve. Ce fleuve mobile crée de façon continue des zones d’érosion et des zones d’accumulation où se développent un panel diversifié d’habitats. On y trouve des milieux particuliers tels que les pelouses, les forêts alluviales, les bancs de sables, les bras morts et les prairies. Cette mosaïque permet l’existence de nombreuses espèces animales et végétales dont certaines sont particulièrement rares. Malheureusement cette mobilité du fleuve est de moindre importance depuis plusieurs années ce qui limite le renouvellement des milieux et tend à une diminution de leur diversité ainsi qu’à une fermeture progressive du paysage par les ligneux.

Cependant, les abords de la Loire sont depuis longtemps valorisés par l’homme qui tire de ces milieux de quoi faire pâturer des troupeaux ou faire de la culture. Le pâturage extensif est adapté aux milieux rencontrés, généralement peu productifs, et joue alors un rôle important dans la préservation du patrimoine naturel en conservant les milieux ouverts.

Le fleuve Loire, au statut domanial, est délimité par le Domaine Public Fluvial (DPF). Les services gestionnaires louent certaines parties de ce DPF à des agriculteurs et/ou à des chasseurs ou pêcheurs afin d’entretenir les abords de la Loire. Dans un contexte de diminution de la mobilité de la rivière, il est apparu important de faire le point sur le pâturage exercé sur le DPF du Val de Loire afin de connaître si certaines zones nécessiteraient une mise ou remise en pâturage ; certains endroits paraissant en effet subir une évolution naturelle vers la colonisation par les fruticées ou la forêt alluviale.

Dans un souci de préservation de cette richesse écologique, le CEN Allier a mené en 2011 une étude sur les lots de francs-bords loués, en analysant leur gestion actuelle et en identifiant les sites potentiels pouvant faire l’objet d’une valorisation pastorale, en lien avec les services de l’Etat (Direction Départementale des Territoires, gestionnaire du DPF sur ce tronçon).